Blog

NEWS ARTPRICE

Les chiffres de l’année 2017. Chapitre 4

[02/01/2018]

L’année 2018 sera-t-elle aussi dynamique que celle qui vient de s’achever ? L’avenir dira… Mais afin de garder en mémoire les temps forts de 2017, Artprice vous livre quelques chiffres marquant enregistrés sur les deux derniers mois de l’année, deux mois marqués par quelques-uns des plus impressionnants records du monde.

Les 20 ans d’Artprice

Artprice fête ses 20 ans et annonce la création de trois nouveaux indices, dont l’Artprice100 : un nouvel indicateur qui se concentre uniquement sur les cent artistes qui dominent le Marché de l’Art. En pratique, l’Artprice100 écarte les valeurs les plus volatiles afin d’éliminer les phénomènes spéculatifs ainsi que les effets de mode.

450 millions : le nouveau record mondial

Les 450 m$ déboursés pour acquérir le Salvator Mundi de LEONARDO DA VINCI (1452-1519) marquent un record absolu dans la longue histoire des enchères, un record doublant largement le précédent sommet mondial. Historique, il enterre le précédent record de l’Art ancien, emporté à 76,7 m$ en 2002 pour le Massacre des Innocents de Peter Paul Rubens, et fait plus que doubler le précédent record mondial qui culminait à 179,3m$ pour Les Femmes d’Alger de Pablo Picasso, vendue en mai 2015 par Christie’s. Cette vente replace la période des Maîtres Anciens sur le devant de la scène, alors que ce segment semblait avoir perdu la préférence des collectionneurs.

Les records du 13 novembre

La vente d’art Impressionniste et Moderne de Christie’s organisée le 13 novembre 2017 s’est conclue sur une pluie de records : Contraste de formes (1913) de Fernand LÉGER (1881-1955) a atteint 70 m$, ce qui constitue le nouveau record mondial de l’artiste français, bien au-delà des 39,2 m$ atteint il y a cinq ans. Nouveau sommet également pour Édouard VUILLARD (1868-1940), avec sa subtile toile intitulée Misia et Vallotton (1899) partie pour 17,75 m$, qui enterre de près de 10m$ son précédent record ; et pour le peintre Belge René MAGRITTE (1898-1967), dont L’empire des lumières (1949) a trouvé preneur pour 20,5 m$.

Deux records en une heure

La société Sotheby’s était chargée de la dispersion d’une toile majeure de Marc CHAGALL (1887-1985), le 14 novembre 2017 : Les Amoureux, une toile restée dans la même collection privée pendant près de 90 ans, avant de changer de mains à New York pour 28,4 m$. Quelques minutes après cet impressionnant record, Sotheby’s frappait la seconde meilleure enchère de l’artiste, en vendant Le grand cirque pour 16 m$. Une soirée faste pour l’art de Chagall, honoré de deux records en moins d’une heure.

785,9 m$ la soirée

Avec un résultat global de 785,9 m$ contre une estimation basse initiale de 410 m$, la vente d’art du 15 novembre 2017 de Christie’s s’impose comme l’une des meilleures ventes aux enchères de l’histoire, grâce au Sauveur du monde de De Vinci. 34 nationalités étaient inscrites pour porter les enchères sur les lots contemporaines de la vente.

26 m$ pour Zao Wou Ki

Le nouveau record pour une peinture à l’huile chinoise récompense la toile 29/01/64 de ZAO Wou-Ki (1921-2013) qui a enflammé la vente de Christie’s Hong Kong, le 25 novembre. 29/01/64 a battu le précédent record pour une œuvre chinoise sur toile, record jusqu’alors détenu par Zeng Fanzhi.

622 lots dans la dernière vente Petiet

Les 25 et 26 novembre, la société Ader-Nordmann organisait la 50ème et dernière vente Petiet, à l’Opéra Comique de Paris. Une vente « à l’ancienne », sans internet, pour théâtraliser cet évènement parmi les plus attendus de l’automne. Point d’orgue de cette ultime vente : Ader-Nordmann proposait l’intégralité de la Suite Vollard par Pablo PICASSO (1881-1973), finalement vendue pour 1,9m€. Parmi les 622 lots offerts, les estampes de Gauguin, Degas, Matisse ou Daumier ont doublé, voire triplé, des estimations volontairement basses et attractives, tandis que certaines épreuves sont demeurées dans des gammes de prix tout à fait abordables.

Un Qi Baishi à plus de 100 millions

QI Baishi (1864-1957) est devenu le premier artiste chinois vendu plus de 100 millions de dollars. Il culmine désormais à 140,9 millions de dollars pour un ensemble de douze écrans paysagers achevés en 1925, en pleine maturité de son art. La détermination de l’acheteur pour acquérir cet ensemble de douze dessins a permis un rééquilibrage entre le marché occidental et le marché asiatique car jusqu’à présent, seuls des artistes occidentaux avaient passé un tel seuil de prix aux enchères. L’art de Qi Baishi est donc entré dans le cercle très restreint des sept artistes à avoir dépassé le seuil des 110m$ aux enchères, avec Pablo Picasso, Amedeo Modigliani, Alberto Giacometti, Francis Bacon, Edvard Munch et Jean-Michel Basquiat.

https://fr.artprice.com/